Je viens de finir – Exo One

Des années que je suivais par coup d’œil le développement de ce jeu. Par le biais de GIF sur Twitter essentiellement. Une galette planée au travers des nuages, au-dessus de l’eau, de dunes et autres décors tous plus désolé les uns que les autres. Je m’attendais à ce que ce soit un voyage plutôt tranquille et posé et c’est effectivement le cas.

Exo One ne ment pas du tout sur sa présentation, c’est un jeu contemplatif dans des décors plutôt joli et ce sera tout, pas d’ennemis, pas de « challenge », rien qui ne puisse nous nuire au plaisir des yeux. Le petit plus, c’est d’avoir des musiques d’ambiance plutôt sympa et une histoire de fond un peu cryptique, mais qui donne du liant à cet ensemble de tableau interactif.

Le jeu propose un gameplay plutôt particulier. On contrôle un vaisseau qui ressemble à une boule et qui peut par pression de touche augmenter ou diminuer sa gravité avec la planète. L’intérêt est de jouer avec cette gravité pour prendre du poids et de la vitesse quand on est en haut de collines/bosses du décor et perdre de la gravité pour que le vaisseau prenne un peu d’envol. Il y aura ensuite une autre touche pour que la boule devienne une galette et plane quelques instants dans les airs. Si le vaisseau rencontre des nuages quand il est en galette, il va planer plus longtemps et prendre plus de hauteur. Le but sera de trouver le bon équilibre avec ces fonctions pour rester le maximum de temps en l’air et a minima garder un certain momentum pour se déplacer plus rapidement et de manière plus agréable vers la destination de fin de niveau.

Car chaque planète que l’on va explorer correspondra à un niveau. Ils sont d’apparence infinie, mais vous serez constamment guidé sur l’endroit où faut se rendre et si vous vous éloigner trop de la zone prévu par le développeur, ce dernier fera faire un demi-tour au vaisseau. Concrètement, l’objectif dans les niveaux est des plus basiques, il faut aller d’un point A à un point B et ce sera tout. Il n’y a pas d’obstacle particulier autre que celui de maîtriser votre vaisseau et s’adapter selon les planètes, des fois, il y aura de l’eau donc le gameplay sera un peu différents, sinon, ce sera simplement plus de nuages donc essayer de rester plus en hauteur, car le point final y sera et ainsi de suite.

Cela peut paraître simple et trop basique, mais ça donne aussi une fraîcheur au jeu, qui ne veut pas rajouter trop de choses au risque d’étouffer le joueur ou même de ne pas maîtriser les choses qu’ils souhaiteraient rajouter. Je trouve que ça lui donne un certain cachet et qu’on profite bien du jeu. Le seul gros bémol à cette aventure est qu’elle ne dépasse pas les 2 heures. À 16 €, cela peut paraître beaucoup. Je pense que c’est justifié vu que le développeur est seul, c’est son premier jeu à ma connaissance, donc le tarif permettra de devenir pérenne et par la suite recruter une équipe et faire des projets plus ambitieux. Mais si vraiment cela vous rebute, le jeu est disponible sur le gamepass ça le soutiendra également (mais sans savoir combien il touchera pour vos 2 heures investies sur ce service).

L’histoire de fond n’est qu’un prétexte pour justifier la présence et la logique du vaisseau. Elle est très cryptique et totalement dispensable. Il y a également des « bonus » à récupérer à chaque niveau qui vous fera gagner en énergie pour le vaisseau, mais également parfaitement dispensable.

Au final, c’est un jeu que j’ai bien apprécié jouer, que je vous recommande si le trip tranquille et joli vous attire. Il n’a rien de particulièrement fou, en dehors peut être d’un gameplay vraiment original, unique et agréable, mais ce qu’il fait il le maîtrise. Il y a un ou deux niveaux qui manque d’intérêt visuel et ne sont pas très agréables à parcourir, mais étant donné que ça se compte en minutes pour en parcourir un, c’est vite oublier.

Publié le

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.