©2018 by Vactro. Proudly created with Wix.com

The End is Nigh

Développeur : Edmund Mc Millen et Tyler Glaiel

Genre : Plateforme

Support : PC, Mac, Linux, Switch

Date de sortie : 12 Juillet 2017

Edmund McMillen, une personnalité plutôt connue dans le monde du jeu vidéo indépendant, il s'est fait connaître grâce au succès certain de Super Meat Boy, un plateformer à l'ancienne avec un gameplay exigeant et une difficulté bien relevée. Il continua son bonhomme de chemin en sortant d'autres créations au gameplay différent qui ont plus ou moins fonctionné (Binding of Isaac, The Basement Collecion, Fingered, Binding of Isaac Rebirth). Avec The End is Nigh, l'homme revient sur le Plateformer. Souhaite-il simplement capitaliser sur une formule qu'il maitrise, ou bien proposer quelque chose de différent mais toujours aussi bien maîtrisé ? Allons voir ça ensemble.

Avant d'entrer dans le vif du sujet, arrêtons-nous rapidement sur le "scénario" du jeu qui, avec une séquence d'introduction plutôt rigolote nous impose un but assez simplement, partir à la recherche d'un ami dans un environnement post-apocalyptique. Simple, direct on comprend pourquoi on avance dans le jeu.

Le jeu nous place dans une ambiance visuelle propre à Edmund ET Tyler avec un style simpliste, plein de charme et de détails visuels qui, sans faire fumer vos cartes graphiques, permet un affichage même en 4K très fin sûrement par l'utilisation d'un affichage vectoriel (ou quelque chose s'en rapprochant). La palette de couleurs est intelligemment utilisée. Selon les environnements, il va y avoir une dominance d'une certaine couleur, ce qui va imposer une ambiance propre à chaque monde (du gris pour la ville, jaune pour le desert, vert/bleu pour l'eau, etc.).

La palette de couleurs est intelligemment utilisée

La partie sonore n'est pas en reste en proposant une relecture de musiques classiques comme le Requiem de Verdi, In the Hall of the Mountain King de Grieg ou encore Night on Bald Mountain de Mussorgsky avec une couche de rock/metal qui épaissit l'ambiance générale du titre et lui donne un cachet certain. Pour ce qui est des bruitages, ils font correctement leur taf.

The End is Nigh est un jeu de plateforme en 2D où l'on contrôle Ash, le protagoniste du titre à la recherche d'un ami.
Qu'en est-il du gameplay ? Il est simple avec un bouton de saut, un autre pour diverses actions (que vous découvrirez en y jouant) et les déplacements du personnage. Fini le sprint ou même les saut muraux, maintenant le personnage utilise des genres de crochets qui dépassent des murs où il va s'accrocher. On pourrait croire à une simplification du gameplay mais en fait, il en devient plus précis et exigeant.

Le jeu est découpé en tableaux fixe qui sont relié entre eux créant déjà une certaine cohérence globale et permettant d'avoir une vue d'ensemble de chaque niveau évitant ainsi les quelques soucis de lecture qu'on avait pu avoir dans SMB. L'intérêt est aussi pour permettre une "semi exploration" des niveaux pour y dénicher des "tumeurs" (un collectible utile pour la suite du jeu) et cartouches de jeux (permettant de jouer à des niveaux rétro assez difficiles nous donnant en récompense aussi des tumeurs).

Les différents tableaux sont bien créés et deviennent petit à petit plus difficiles à mesure qu'on avance.

Le jeu est très plaisant à jouer, pour les vétérans de plateformer 2D, ils seront ravis par une difficulté bien dosée et très relevée sur la fin. La durée de vie, avoisinant les 10/12 heures pour arriver à la fin est plutôt correcte, si vous essayez de faire le 100% en récoltant toute les tumeurs vous en aurez pour plus du double du temps avec des cartouches rétro qui ne vous feront pas de cadeaux une fois trouvées dans les différents mondes.

The End is Nigh est un jeu réservé aux amoureux de plateformer 2D qui n'ont pas peur d'une difficulté très présente, un gameplay précis, fin et avec un univers singulier typique des productions d'Edmund (où Tyler a aussi mis sa patte). On prend beaucoup de plaisir à accomplir les différents tableaux. Un sans faute.